Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 15:56

 

 

https://www.nouvelobs.com/societe/20210410.OBS42554/10-choses-a-savoir-sur-cedric-herrou-heros-quotidien-de-la-fraternite.html

 

Dix choses à savoir sur Cédric Herrou, héros quotidien de la fraternité

Le paysan militant de la vallée de la Roya vient d’être définitivement relaxé par la cour de cassation pour avoir porté assistance à des migrants.

Poursuivi pour avoir convoyé des migrants venus d’Italie et pour avoir organisé un camp d’accueil en 2016 dans les Alpes-Maritimes, Cédric Herrou a bataillé quatre ans devant les tribunaux pour faire reconnaître le principe de fraternité. La cour de cassation a rejeté, Mercredi 31 Mars 2021, un pourvoi du parquet général de Lyon, rendant ainsi définitive la relaxe du militant. « La solidarité n’est plus un délit », se réjouit l’agriculteur de quarante et un ans, dont Jean Marie Gustave Le Clézio saluait l’action dans l'Observateur à l’automne 2020, « Cedric Herrou est un héros quotidien, comme l’a été en son temps l’abbé Pierre ».

Mère assistante maternelle et père représentant en produits d’entretien, Cedric Herrou grandit dans un quartier populaire de Nice, l’Ariane. A la maison, ses parents sont une famille d’accueil. Son frère et lui partagent leurs jouets avec des gosses délaissés de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), leurs rêves aussi. Baccalauréat de mécanicien en poche, il fuit la Riviera pour réaliser son rêve, « une cabane, un arbre et des animaux ». A Breil-sur-Roya, il jette son dévolu sur une oliveraie abandonnée. Il a vingt cinq ans et il devient oléiculteur.

A trente cinq ans, Cedric Herrou adopte le look béret-chandail. Il élève aussi des poules. Un matin, il prend en stop une famille africaine et il la dépose à la gare, « quand la police les a ramenés en Italie, je me suis senti responsable ». Nous sommes en 2015 et la vallée de la Roya, située à la frontière italienne, redevient un point de passage sur les routes migratoires. Il repart les chercher à Vintimille, dans l’église Sant’Antonio où s’entassent des centaines d’autres réfugiés à la merci des proxénètes et des passeurs.

Un an plus tard, en 2016, le barbu aux lunettes rondes est arrêté à la frontière. A l’arrière de son van, il y a huit candidats à l’asile. « Rappelons-nous que la fraternité est une devise française », dit-il. A Nice, le procureur lui prête des intentions humanitaires. Il est relâché, puis de nouveau arrêté à l’automne. Cette fois, il a relogé une cinquantaine d'érythréens et de soudanais dans un immense édifice mussolinien désaffecté, l'ancienne gare de la Société Nationale des Chemins de Fer (SNCF) de Saint-Dalmas-de-Tende.

Cédric Herrou devient une star malgré lui. En 2018, le Festival de Cannes projette hors compétition le documentaire « Libre », que lui a consacré Michel Toesca. En smoking, il monte les marches accompagné de réfugiés. Son combat pour le droit à l’asile reçoit une ovation. A l’entrée des palaces, les vigiles lui demandent des autographes.

Cette sur médiatisation ne lui attire pas que des amitiés. Lors d’une avant-première à Valence, des militants d’extrême droite l’enfarinent. Dans les Alpes, les identitaires le haïssent. Cedric Herrou le leur rend bien. Au mois de mars 2021, après la dissolution du groupuscule Génération Identitaire, il tweete, « vends doudoune bleue, très peu servie, petite odeur de fumier mais bon état général ».

Un autre tweet, visant le député Eric Ciotti, lui vaut d’être condamné à une amende de deux mille euros avec sursis pour injure publique, « quand Eric Ciotti dit en 2018 de mettre les migrants en Libye, il aurait dit en 1940 de les mettre dans les chambres à gaz ». Grand fan de Christiane Taubira, Cedric Herrou vote « soit vert, soit extrême gauche, soit socialiste, tout sauf la gauche des nantis intellectuels qui ne parlent plus aux prolétaires ».

Cédric Herrou découvre régulièrement des caméras planquées dans ses oliviers. Dans « Change ton Monde », paru en 2020 aux éditions des Liens qui Libèrent, il raconte les onze gardes à vue qu’il a endurées en quatre ans. Souvent humiliantes et parfois terrifiantes, comme cette fois où des « flics qui ont la croix de fer tatouée aux mollets » l’embarquent et le menacent, « nous ne sommes pas des tapettes de la police de Nice ».

Avec sa compagne Marion Gachet Dieuzeide, ancienne étudiante en commerce, Cedric Herrou fonde en 2019 la première communauté Emmaüs agricole de France. Entre les deux premiers confinements, l’association a racheté un ancien moulin à farine et à huile.

Depuis la tempête Alex, au mois d'octobre 2020, l’agriculteur est accaparé par la reconstruction de sa vallée dévastée par les intempéries. Sa mère est bénévole au Secours Populaire Français (SPF), à Breil sur Roya. Il a fait don aux villageois de la moitié des œufs de ses mille poules pondeuses.

Partager cet article
Repost0

commentaires