Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 20:47

http://www.eurocitoyenne.fr/content/votre-deputee/pourquoi-je-suis-allee-au-meeting-de-saint-denis-du-11-decembre-dernier-pour-u

Pourquoi je suis allée au meeting de Saint Denis du Vendredi 11 Décembre 2015 pour une politique de paix, de justice et de dignité

Par Marie Christine Vergiat, députée européenne du Front De Gauche (FDG)

Depuis ce « diabolique » meeting du Vendredi 11 Décembre 2015 auquel j'ai participé, j'ai été pas mal interpellé sur les réseaux et mise en cause par une certaine presse. J'assume complètement cette participation et je ne regrette rien mais il me semble naturel d'expliquer cette participation.

Ce meeting était organisé par un certain nombre d’organisations et de personnalités avec lesquelles je travaille depuis longtemps autour de la nécessité de lutter contre l’islamophobie et la montée des discriminations dont sont aujourd’hui victimes les musulmans « réels ou supposés ». Devait en outre y intervenir un représentant de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) dont je suis membre depuis plus de trente ans.

Ce meeting « pour une politique de paix, de justice et de dignité » avait pour objectif de faire le point sur un certain nombre de sujets essentiels après les attentats de janvier 2015 et de novembre 2015. Et notamment de mettre en cause la fuite en avant du gouvernement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les conséquences liberticides de l’état d’urgence, la montée du racisme et de l’islamophobie qui en résulte faisant le lit de l’extrême droite et y associer la dénonciation d’une politique étrangère catastrophique du fait d’une réponse purement guerrière sans remise en cause des alliances diplomatiques, pour ne pas dire purement mercantilistes et mortifères avec des pays qui portent une lourde responsabilité dans la création et la progression de l’Etat Islamique. Bref, tout ce que je dénonce au quotidien dans mes combats au parlement européen.

Je n’ai guère été surprise des diatribes habituelles de certains qui ont l’habitude de diaboliser tant Tariq Ramadan que le Parti des Indigènes de la République (PIR), notamment au nom d’une laïcité qu’ils connaissent si mal, mais le délire a dépassé toutes les bornes au-delà des accusations d’antisémitisme habituelles de tous ceux et toutes celles qui refusent que l’on reproche quoi que ce soit au gouvernement israélien, les organisateurs ou du moins certains d’entre eux ont été accusé pèle mêle d’être proches des fondamentalistes, voire directement de l’Etat Islamique, rien que cela, d’attiser la confusion entre la nécessité de lutter contre tous les racismes et le communautarisme, d’être responsable de la décomposition de la gauche et d'avoir causé l'échec du Parti Socialiste aux élections régionales. Fichtre, le summum ayant sans doute été atteint par Gilles Clavreul, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme qui, en l'espèce, est plus apparu comme un « délégué à la discorde » alimentant les haines et agressant littéralement les organisations antiracistes qui ne partagent pas ses vues.

Etant sur place, j’ai pu constater la réalité de ces accusations et j’ai surtout vu et entendu dans ce meeting une jeunesse des quartiers populaires, environ six cent personnes dans la salle dont quatre vingt pour cent devait avoir entre dix huit et trente ans, une jeunesse en mal de gauche, désespérée de la gauche actuelle et notamment de la « gauche » de gouvernement, plus prompte à tenter de récupérer ses voix à chaque élection qu’à répondre à ses problèmes de vie quotidienne, une jeunesse qui en a marre d’être stigmatisée du fait de ses soi-disant apparences et une jeunesse qui réclame d’abord et avant tout de l’égalité et de la justice sociale.

Et partant de ce constat, je pense que, plus que jamais, il y a urgence à reprendre le dialogue avec cette jeunesse qui est l’avenir de notre pays et de lui laisser prendre la place qui lui revient au-delà de toute appartenance culturelle, sociale ou religieuse.

Refuser de le faire, c’est laisser béante les portes de l’extrême droite et du communautarisme. Et s’il faut tirer les leçons des élections régionales, c’est d’abord par là qu’il faut commencer.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 20:32

https://www.ensemble-fdg.org/content/reconstruire-apres-le-desastre

Reconstruire après le désastre

Par Laurent Lévy

Lundi 21 Décembre 2015

L'échec du Front National à conquérir les présidences de régions qui lui semblaient acquises après le premier tour des élections régionales a été interprété comme le résultat d'un « sursaut » électoral. Mais cet échec ne saurait masquer le résultat profond de la séquence électorale et ce qu'elle sanctionne, la victoire hégémonique remportée par l'extrême-droite « populiste », raciste et nationaliste. Une victoire électorale en aurait bien sûr rajouté, et sur le plan symbolique, et quant aux politiques effectivement menées dans les régions concernées, nous ne pouvons donc que nous féliciter qu'elle n'ait pas eu lieu. Mais il y aurait quelque électoralisme à y voir l'essentiel.

La crise politique que nous vivons est aussi une crise de la politique, une crise de l'ensemble des conceptions et des pratiques qui président à la vie politique de ce pays, de la démocratie représentative, du fossé existant entre les aspirations du plus grand nombre et des canaux par lesquels elles peuvent s'exprimer. Une crise du « champ politique » dans son ensemble. Nos responsabilité dans la période sont à la hauteur de cette crise.

Même si aucune discussion proprement stratégique n'a jamais abouti à des documents de référence pour Ensemble, on peut isoler deux points parmi nos orientations stratégiques partagées.

Une alternative émancipatrice suppose un rassemblement majoritaire autour d'objectifs de rupture avec les politiques austéritaires, inégalitaires et antidémocratiques.

La « question du pouvoir » ne sera pas posée sous une forme insurrectionnelle, si bien que la participation au jeu institutionnel, malgré ses fortes contraintes, apparaît nécessaire. L'action politique pour une alternative doit se déployer tant « dans la rue » que « dans les urnes ».

Le choix du Front De Gauche (FDG) s'inscrivait pour nous, de façon fondatrice, dans cette perspective. Mais le fait est que le FDG n'a jamais été ce que nous aurions souhaité qu'il devînt. Il est demeuré ce qu'il était à son origine, un cartel à visée essentiellement électorale, il est par ailleurs en tant que tel entré en crise dès l'après-coup de l'élection présidentielle par son incapacité à saisir ce moment où il aurait été possible d'en faire une véritable force politique capable de rassembler des centaines de milliers de militants parmi les millions qui avaient porté sur lui un espoir en 2012. Nous n'avons eu de cesse depuis de chercher à en préserver l'existence et l'unité précaire et à l'élargir à d'autres composantes que celles qui sont issues de la gauche traditionnelle et avant tout à la gauche écologiste.

Un élément de la crise de la politique est le caractère dorénavant très flou de la notion même de « gauche », elle aussi constitutive de notre existence politique. Si la distinction entre ce qui est à gauche et ce qui ne l'est pas demeure, et demeurera sans doute longtemps, un élément essentiel de choix politiques, une difficulté a surgi, l'expression « la gauche » est dans le discours public largement associée au parti socialiste. Or, si la question de savoir si « le parti socialiste est de gauche » est assez vaine, parce qu'elle est mal posée, nous savons bien que bien des considérations conduiraient à répondre par la négative, la politique menée par le gouvernement socialiste soutenu par la direction du parti et par son groupe parlementaire n'est pas une politique « de gauche ». La question fondamentale de l'égalité est devenue étrangère à ses préoccupations et cette politique est entièrement soumise, quelles que soient les surenchères de la droite, aux impératifs du capital. Elle est en outre de plus en plus autoritaire et répressive, ce caractère ayant connu une inflexion dramatique avec l'état d'urgence et le projet de sa constitutionnalisation. Elle est enfin largement contaminée par les thèmes idéologiques, xénophobie, islamophobie et nationalisme, par lesquels le Front National construit son hégémonie sur la société et d'abord sur l'ensemble de la droite du spectre politique. Pourtant, de larges secteurs de l'électorat du parti socialiste, de ses sympathisants, de ses membres et de ses cadres restent d'une manière ou d'une autre « de gauche ».

Dans le nouveau contexte, travailler à un rassemblement majoritaire suppose d'élargir plus encore notre focale. Il ne peut simplement s'agir du rassemblement de la seule « gauche radicale », mais bien plus largement de toutes celles et de tous ceux qui contestent sur sa gauche la politique du gouvernement, qu'il s'agisse de sa politique économique, sociale ou anti démocratique. Du point de vue idéologique et plus généralement culturel, notre lutte hégémonique doit donc désormais se déployer sur deux plans distincts ce qui n'ira pas sans contradiction, contre ce qui fait le succès du Front National et contre la domination à gauche des orientations sociales libérales, pour une société ouverte, égalitaire et émancipée du règne de la marchandise et du capital.

Cela ne peut pas être le seul fait des militants déjà acquis à l'idée de l'action politique institutionnelle. C'est l'ensemble de celles et ceux qui, de mille manières, résistent à l'ordre dominant qui doivent trouver les chemins du rassemblement. Cela suppose que nous soyons attentifs et modestes à l'égard de toutes les expériences d'action collective, qu'elles soient syndicales, sociales, antiracistes, écologistes ou démocratiques. Et cela suppose la mise en question des cadres politiques traditionnels auxquels nous sommes accoutumés.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 20:18

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/12/21/avec-la-percee-historique-de-podemos-la-gauche-espagnole-plus-divisee-que-jamais_4835861_3214.html

En Espagne, une percée historique de Podemos et une gauche divisée

Par Sandrine Morel, correspondante du Monde à Madrid

Au siège du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), rue Ferraz, à Madrid, régnait Dimanche 20 Décembre 2015 une ambiance étrange entre soulagement et douleur. Un peu comme si la formation avait évité la mort mais avait perdu une jambe. Avec vingt deux pour cent des voix et quatre vingt dix députés, le parti réalise le pire score de son histoire, il perd vingt sièges et près d'un million cinq cent mille voix par rapport aux élections de 2011 qui avaient déjà été un séisme pour la formation.

Et pourtant, Dimanche 20 Décembre 2015, dans les bureaux des cadres socialistes, on respirait nettement mieux que le matin, quand des sondages officieux donnaient la gauche alternative de Podemos en deuxième position, en voix et en sièges. « Cela aurait pu être pire », résume un membre du PSOE. Pris en étau entre Podemos à gauche et Ciudadanos au centre droit, le PSOE a résisté mais il a souffert.

Centrant sa campagne sur l’idée qu’il était la seule alternative possible à Mariano Rajoy et appelant au vote utile, comme si l’Espagne répondait encore aux schémas du bipartisme, il n’a pas éveillé d’enthousiasme.

Conscient du risque, Pedro Sanchez, son chef de file, peinant jusqu’alors à transmettre ses convictions politiques, est devenu plus agressif en fin de campagne, allant jusqu’à qualifier le chef du gouvernement « d'indécent » lors d’un débat particulièrement tendu. Sa survie politique était en jeu.

Il n’est pas encore tout à fait sûr que Pedro Sanchez, contesté au sein du PSOE, résiste aux pressions de sa rivale, la présidente socialiste de l’Andalousie, Susana Diaz, qui n’a pas manqué de rappeler que c’est sur ses terres que le PSOE a fait, encore une fois, son meilleur score, avec « cinq des sept provinces dans lesquelles il est arrivé premier ». S’il n’arrive pas à sceller de pactes avec les forces de la gauche pour pouvoir gouverner, ses jours pourraient être comptés à la tête du parti.

Car dans plusieurs régions, la chute des socialistes est vertigineuse. Il n’est plus que le quatrième parti à Madrid, derrière le Parti Populaire, Podemos et Ciudadanos, après avoir perdu un quart des voix récoltées en 2011. Il est troisième en Catalogne, où il a perdu plus d’un tiers des voix, derrière Podemos et les indépendantistes d'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC). Tout comme en Euzkadi, où Podemos obtient deux fois plus de voix que le PSOE. Dans la ville de Valence, il arrive en quatrième position.

« Le fantôme de José Luis Rodriguez Zapatero »

Le tournant de la rigueur pris en 2010 par le précédent président du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero avait marqué une première rupture entre le PSOE et une partie de son électorat. Sa décision de convoquer des élections anticipées, en 2011, avait été perçue comme un aveu d’échec et une incapacité à affronter la crise économique. Depuis, le PSOE ne cesse de perdre des voix à chaque élection. « Notre principal adversaire est le fantôme de José Luis Rodriguez Zapatero », avoue un membre du parti.

Affaibli par un scandale de détournement présumé de fonds destinés aux chômeurs, boudé par les jeunes, il craignait de devenir résiduel, comme le Pasok grec. Il a finalement résisté à la vague Podemos, mais devra encore mener la bataille des pactes s’il veut ravir le pouvoir à Mariano Rajoy. « Podemos s’est cogné contre le mur qu’est encore le PSOE », se félicite José Manuel Albares, conseiller aux affaires étrangères et membre de l’équipe de campagne de Pedro Sanchez.

Mais le parti de gauche radical n’a pas, lui-même, les mains libres sur toutes les questions. Pour l’emporter, il a dû sceller des alliances compliquées avec des partis et plates-formes régionales. En Catalogne, avec Barcelona en Comu, de la maire Ada Colau, l’accord prévoit la tenue d’un référendum sur l’indépendance. A Valence, où il s’est allié avec la coalition anti corruption et régionaliste Compromis, celle-ci a déjà annoncé qu’elle composerait un groupe propre au parlement afin de conserver son indépendance. En Galice, avec les Mareas, plus radicales que le parti de Pablo Iglesias, l’entente est complexe.

« Remontada » de Podemos

Malgré cela, Podemos se sent assez fort pour faire désormais pression sur le PSOE. Alors que certains avaient voulu l’enterrer trop vite, Pablo Iglesias a montré qu’il était capable, encore une fois, de créer la surprise. Il y a quelques mois, le parti avait chuté à treize pour cent, voire onze pour cent dans certains sondages, alors qu’il n’avait pas de programme et que son alliance avec les écolo-communistes d'Izquierda Unida échouait.

Porté par le soutien d’Ada Colau, la très populaire maire de Barcelone et ancienne activiste du droit au logement, après être parvenu à associer l’économiste Thomas Piketty à l’élaboration de son programme, il a réussi dans le dernier mois à opérer sa « remontada », sorte de mot-valise employé pour redonner de l’énergie aux troupes.

« Je ne pensais pas voter Podemos. Je ne suis pas d’accord avec leur manichéisme et leur discours sur la caste. Mais j’ai pris ma décision avant-hier, je me suis dit que si je vote PSOE comme d’habitude, je vais le regretter toute ma vie, car c’est l’opportunité ou jamais de changer ce pays », expliquait Dimanche 20 Décembre 2015, à deux pas du siège de PSOE, Inés, coach de trente six ans qui préfère ne pas donner son nom.

Ce changement est toutefois conditionné à un accord de la gauche qui reste largement hypothétique. Pour espérer gouverner, le PSOE devra en effet non seulement s’entendre avec Podemos, mais aussi avec les écolo-communistes, les nationalistes basques et les régionalistes canariens. Et il faudra que les nationalistes catalans s’abstiennent. De quoi rendre tout accord particulièrement fragile.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 17:24

REPONSE A RAOUL MARC JENNAR ET A CLAIRE BOUTHILLON

Par Robert Duguet

Mardi 15 Décembre 2015

Raoul Jennar prend l’initiative d’un appel à un débat politique sur le fond, ceci recoupant plusieurs contributions que des militants m’ont fait parvenir avant et après le résultat du deuxième tour des élections régionales. Une aspiration s’y fait jour.

Je cite Claire Bouthillon, « la Vague Citoyenne est née en Aquitaine, de cette colère qui mine au quotidien l’existence de tous ceux qui misèrent en silence. Elle est mue par cette indignation partagée face à la trahison du trop petit nombre de ceux à qui l’on a confié le pouvoir de gouverner les affaires de la cité et qui ont trop souvent confondu l’intérêt général et l’intérêt particulier. Elle croît avec la volonté de dépasser ces sentiments immédiats par l’action joyeuse et le rassemblement populaire. Elle ne croit plus en la simple représentation mais veut la participation concrète. Elle a des fondamentaux simples mais à dimension universelle et les affiche depuis le départ, sans se cacher, la démocratie, la solidarité et l’écologie. Parce qu’il n’y a pas d’autre enjeu politique que celui de remettre le peuple au centre des décisions collectives, de redistribuer les richesses pour rendre l’existence de tous digne d’être vécue et de protéger notre écosystème pour qu’il continue à être le lieu commun de la vie sur terre ».

Je reprends ce qu’écrit Raoul Jennar, « j’appelle à un débat de fond. Nous seulement pour analyser les causes de la destruction de la gauche par la gauche elle-même, mais surtout pour construire l'avenir. Un chantier immense s'ouvre au peuple de France, celui de construire un autre système politique où le peuple garde la maîtrise de son destin et où celle-ci n'est plus confisquée par une classe politique pour qui faire carrière est devenu le seul projet politique. Un système politique fondé sur un principe absolu, seul le peuple décide ».

Un peu plus tôt ou un peu plus tard, les obstacles politiques qui ont été placé sur notre route pour interdire au mouvement social de déboucher sur la construction d’un Podemos à la française seront brisés. Pour ma part je partage cette conviction, nous avons absolument besoin d’un mouvement de ce type et, de toutes les façons, il va se produire. La question n’est pas de savoir si ce mouvement se produira, mais plutôt quel bilan nous tirons nous de notre activité passée et quelle orientation politique nous serons capable d’y défendre.

Si nous analysons ce qui s’est produit dans plusieurs pays du sud de l’Europe néo libérale, cette prison des peuples, ces dernières années, principalement en Grèce et en Espagne, c’est une émergence de mouvements politiques de type nouveau dépassant la crise de représentation des vieux partis institutionnels issus de la deuxième internationale « socialiste » et des anciens partis staliniens. Le mouvement Izquierda Unida d’Espagne qui représentait un cartel électoral du même type que le Front De Gauche (FDG) français s’y déclarait submergé par le tsunami Podemos. Toutefois, l’expérience de Syriza en Grèce doit nous forcer à aller au fond des problèmes, à peine les drapeaux et les pancartes électorales étaient-elles repliées que le gouvernement d’Alexis Tsipras tournait le dos à son propre programme électoral, implosait et capitulait devant les exigences de la troïka. Gageons que Podemos d’Espagne accédant au pouvoir sera confronté à des difficultés identiques.

Aussi bien l’analyse qui est faite par Raoul Jennar que par Claire Bouthillon revendique un mouvement du peuple construisant un système politique « où le peuple garde la maitrise de son destin ». Jean Luc Mélenchon, dans l’ouvrage écrit pendant l’été 2014, « l’ère du peuple », et préparant la constitution dans l’espace feutré de son bureau du Mouvement pour la Sixième République (MSR), n’a pas écrit autre chose. Il y a, d’un côté, l’oligarchie politique et, de l’autre, le peuple. Pour régler la question de la représentation alternative, il faut la révolution citoyenne.

Celle-ci étant sensée prendre la place de la révolution socialiste de nos aînés. Aujourd’hui où en est-on avec cette orientation? L’absence de lisibilité politique du FDG a conduit au fait que d’un côté l’électorat ouvrier et la jeunesse s’abstiennent tandis que les couches moyennes lourdement ponctionnées par la crise expriment leur volonté de renverser la table en votant pour l’extrême droite nationaliste. Jean Luc Mélenchon aujourd’hui prend sa place dans l’union de la gauche, dans la version de Jean Christophe Cambadélis. Il faut donner une explication, sans rire ni pleurer, comme disait Baruch Spinoza, pour éviter les ornières à venir.

Ce qui s’est passé aussi bien en Grèce qu’en Espagne, c’est un mouvement qui gagne toutes les classes de la société, pas seulement le salariat, mais tout le corps social est en face d’une impasse. Nous l’avons constaté à l’échelle d’une région au moment du mouvement des bonnets rouges en Bretagne, deux entreprises en voie de liquidation entrainent un mouvement social à Quimper qui fait apparaitre les problèmes économiques cruciaux de toute une région. On a vu alors la position désastreuse du FDG qui laisse le terrain aux organisations régionalistes. Quand le corps social dans son ensemble entre en mouvement, le problème est de savoir quelle est la classe sociale qui est alors en capacité de diriger la société ? Qui doit être le maître, le banquier, l’actionnaire ou le salariat constitué en mouvement politique autonome et quel est le programme ? Aujourd’hui, la gauche radicale et l’extrême gauche française sont un champ de ruine. On ne fera pas l’économie d’une critique positive de l’électoralisme, Raoul Marc Jennar pose la question de fond qui est celle de la « confiscation par une classe politique pour qui faire carrière est devenu le seul projet politique ».

Il faut discuter sur le fond de ce qu’est la démocratie, ce n’est pas le droit de coller des affiches et de distribuer des tracts aux élections pour élire des représentants aux assemblées qui ensuite demandent aux militants de rentrer chez eux jusqu’à la prochaine fois. Depuis le virage de la rigueur de 1983, toutes les tentatives de construire une alternative à gauche de la sociale démocratie se sont heurtées à la question de la place des élus par rapport à l’organisation dont ils étaient issus.

Dans la courte histoire du Parti de Gauche, on pourrait prendre quelques exemples locaux et voir comment les élus du Parti de Gauche ont très vite repris les mauvaises habitudes du Parti Socialiste et se retrouvent en opposition parfois violentes avec les militants, quand ils ne sont pas tout simplement retournés au Parti Socialiste, comme dans ma commune. En fait le Parti de Gauche n’a jamais vraiment été construit comme un parti, outil démocratique offert au militants, mais comme instrument à la botte d’un chef suprême qui décide de la pluie et du beau temps. Le Parti de Gauche, avec son cortège d’excommunications majeures et mises sous tutelle des fédérations récalcitrantes, s’est construit comme un parti de la cinquième république bonapartiste, l’ombre portée du successeur de Charles de Gaulle et dont l’élection présidentielle est le seul but. Passé l’objectif de la présidentielle, le FDG et le Parti de Gauche se sont fracturés. Quant au hochet du MSR, Jean Luc Mélenchon a réussi ce tour de force de proposer la construction d’un parti virtuel, plus besoin d’exclure les opposants, il suffit d’un clic de souris pour décider qui est digne de porter son drapeau.

La démocratie ne peut se concevoir que par son contenu anticapitaliste, sans la démocratie interne à un mouvement politique, il ne peut y avoir de constitution du salariat comme classe politique sortant la société et la civilisation de l’impasse dans laquelle le néo-libéralisme l’a plongé. Nous devons avoir une exigence double, la république sociale, c’est la destruction des institutions issues du coup d’état de 1958, dans laquelle la gauche mitterrandienne s’est vautrée. Souvenons-nous de l’admiration sans borne de Jean Luc Mélenchon pour François Mitterrand. Dans l’histoire de la gauche institutionnelle, le recours au mot d’ordre de la sixième république s’est toujours limité à sa définition institutionnelle, mais jamais à la question fondamentale, qui doit exercer le pouvoir, le banquier et l’actionnaire ou l’ouvrier qualifié, le technicien et l’ingénieur, le capital ou le travail ? Il n’y a pas de voie institutionnelle, c’est le mouvement pour une république sociale qui détruira les institutions bonapartistes. A l’âge du capitalisme mondialisé et du néo-libéralisme, à l’échelle internationale, c’est la nécessité de construire un mouvement de rupture avec l’Union Européenne, prison des peuples.

L’alternative aujourd’hui n’est pas 2017, de ce point de vue les dés en sont jetés, mais comment renverser la table avant 2017. Est-ce qu’un tel mouvement aura lieu dans les mois qui viennent, nous ne sommes pas devins, ce n’est pas quelque officine politique qui en décide, mais ce sont les masses.

En revanche, le travail militant que nous avons à faire, c’est de mettre à l’ordre du jour la question de savoir qui doit gouverner la société, quel mode de production du travail social, quelle redistribution des richesses au profit du corps social dans son ensemble et quelle représentation ?

Socialisme ou barbarie, pour l’instant, si on prend toutes les réformes accomplies depuis 1983, c’est la barbarie qui l’emporte.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 17:02

La Turquie dit avoir tué cent dix rebelles kurdes en six jours (Reuters)

Les affrontements se sont poursuivis dans la nuit du Samedi 19 Décembre au Dimanche 20 Décembre 2015 à Cizre, une des villes du sud-est de la Turquie où l'offensive militaire contre les rebelles kurdes est entrée dans son sixième jour et a déjà fait cent dix morts dans leurs rangs, selon le dernier bilan fourni de sources sécuritaires.

Les combats, qui se déroulent dans plusieurs secteurs de la région majoritairement kurde située le long de la frontière avec la Syrie et l'Irak, mettent aux prises quelque dix mille soldats et policiers, selon la presse turque, et des militants du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Des chars stationnés sur les collines autour de Cizre ont tiré des obus sur des positions du PKK à l'intérieur de la ville et un convoi d'une trentaine de blindés a pénétré dans un de ses quartiers, ont rapporté des habitants et des sources proches des services de sécurité.

Quelque trois cent bâtiments ont été endommagés par les combats et des obus de mortier qui n'ont pas explosé reposent sur le sol de certains d'entre eux, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Un soldat turc blessé Samedi 19 Décembre 2015 à Cizre est décédé et un employé de la poste a été tué lorsque son véhicule est tombé dans une embuscade du PKK, ont dit les sources sécuritaires.

Le premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a déclaré que l'offensive se poursuivrait jusqu'à ce que la région soit « nettoyée des terroristes ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 16:47

Bombardements à Idlib en Syrie, des dizaines de civils tués (Reuters)

Des frappes aériennes probablement menées par des avions russes ont tué des dizaines de civils Dimanche 20 Décembre 2015 dans le centre d'Idlib, une ville contrôlée par les rebelles dans le nord-ouest de la Syrie, rapportent les services de secours et les habitants.

Selon eux, au moins six frappes ont visé un marché très fréquenté du centre-ville, plusieurs bâtiments gouvernementaux et des quartiers résidentiels.

Les services de secours ont confirmé la mort de quarante trois personnes et dit avoir récupéré une trentaine d'autres corps qui n'ont pas encore été identifiés.

« Il y a encore de nombreux corps sous les débris », a déclaré Yasser Hammo, un secouriste de la protection civile.

Les habitants redoutent désormais une intensification des bombardements russes. « Tout le monde craint que ce ne soit que le début », a dit l'un d'eux, Sameh al Mouazine, contacté par téléphone.

La province d'Idlib est principalement contrôlée par le Front al Nosra et d'autres groupes rebelles syriens et sa grande ville avait jusqu'à présent été relativement épargnée par la campagne de bombardements russes entamée Mercredi 30 Septembre 2015.

La ville avait été tacitement incorporée dans un accord de cessez-le-feu négocié par l’Organisation des Nations Unies (ONU) en septembre 2015 qui avait permis l'évacuation de rebelles encerclés dans un village proche de la frontière libanaise en échange du départ d'habitants de deux villages chiites assiégés par les insurgés dans la province d'Idlib.

De nombreux civils syriens fuyant les zones de combat dans le nord de la Syrie avaient par conséquent trouvé refuge ces derniers mois à Idlib, où une administration parallèle a été mise en place par les rebelles islamistes, au lieu de fuir vers la Turquie et l'Europe.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 16:33

DE SYNASPISMOS A LAIKI ENOTITA

Vous trouverez ci-dessous la dernière partie d’un très long message d’Antonis Ntavanellos relatif à l’histoire de SYRIZA.

Le message est disponible en totalité à l’adresse ci-dessous.

Bernard Fischer

http://www.alencontre.org/europe/grece/premieres-reflexions-sur-un-bilan-de-notre-parcours-avec-syriza-ii.html

Dans la situation actuelle du mouvement, mais aussi de la gauche marxiste internationale, le choix de participer aux partis larges, le choix du front unique, avec ses modalités spécifiques dans les différents pays, au niveau politique, le choix de la coopération politique longue et systématique avec des segments du réformisme radical ou du « centrisme », reste souvent nécessaire. Il est lié au caractère défensif de la lutte des salariés. Il est lié à l’obligation de concentrer des forces capables de revendiquer des victoires partielles. Il est lié aux problèmes de « réorganisation politique » par tous les courants de la gauche effective. La politique du front unique, sous des modalités prenant en compte les configurations sociales et politiques, reste un critère de distinction entre l’action décisive qui vise véritablement à changer la situation et la référence seulement verbale au marxisme et à la « révolution ».

Ce choix a des conditions politiques importantes. La fondation de SYRIZA avait comme préalable le rejet de la stratégie de centre gauche sociale démocrate actuelle. Mais l’évolution elle-même de SYRIZA a démontré que les faiblesses politiques, idéologiques et organisationnelles des entreprises unitaires de la gauche radicale offrent des opportunités de reconstitution au centre-gauche, par exemple SYRIZA après le mois de juillet 2015, bien qu’ayant maturé avant, qui peuvent aller jusqu’à la dégénérescence social-libérale complète, comme dans le cas de la direction d’Alexis Tsipras.

L’orientation de Pablo Iglesias, dans le cas de Podemos, avec une alliance possible avec le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE), et le tournant de la direction du Bloco de Esquerda au Portugal vers un soutien, certes conditionnel, à un gouvernement social-démocrate avec des tests à venir démontrent que ces phénomènes sont loin d’être isolés.

Cela signifie que les forces de la gauche marxiste et anticapitaliste, quand et où elles font le choix de participer aux « partis larges », doivent le faire de façon spécifique, en maintenant leur autonomie idéologique et organisationnelle et en maintenant leur liberté et les moyens de critiquer et de prendre leurs distances. En prenant soin à temps de former une aile gauche donnant une importance au programme et à l’orientation de classe. Tout cela doit être fait publiquement pour s’adresser à l’ensemble membres du parti ou de la coalition, mais aussi à l’avant-garde des militants en dehors du parti.

La lutte de la « période SYRIZA » en Grèce n’était pas une tâche sisyphéenne. La constitution à temps de la Plateforme de Gauche et la formation d’autres « oppositions » radicales-marxistes, par exemple une partie des cinquante trois et la jeunesse de SYRIZA, à l’intérieur de SYRIZA ont eu comme résultat, dans le moment critique, qu’une partie importante du parti a réagi contre sa dégénérescence, avec une prise de distance nécessaire et affirmée.

Tout ce monde, avec des fragments d’ANTARSYA et de la base du parti communiste grec (KKE), des fragments qui ont d’autres problèmes à résoudre, des problèmes d’orientation également importants, comme le sectarisme et un type d’action qui ne s’intéresse qu’à l’auto-affirmation idéologique, pourrait former une force d’importance stratégique dans les nouvelles conditions créées en Grèce par l’imposition du troisième mémorandum par la direction politique de SYRIZA et d’Alexis Tsipras.

Le travail de la reconstitution en Grèce d’une gauche massive, radicale et anticapitaliste, dans l’environnement du vingt et unième siècle, va continuer.

C’est le sens de notre participation à Unité Populaire. Unité Populaire a été le lieu de rencontre de la partie la plus avancée de « l’opposition » de gauche dans SYRIZA, de la Plateforme de Gauche, d’une partie d’ANTARSYA et des militants inorganisés, qui ont compris la nécessité d’exprimer, dès le début, l’opposition politique et électorale à la mutation mémorandiste de SYRIZA.

Son échec dans les élections, elle n’a pas passé la limite des trois pour cent et elle est restée sans représentation parlementaire pour sept mille suffrages manquants, fut réel. Mais elle a à sa disposition un regroupement organisé, les moyens de prendre des initiatives politiques et la possibilité d’un élargissement significatif. Donc, pour ce qui nous concerne, nous ne considérons pas Unité Populaire en tant que « parti fini », mais en tant que « front politique en construction ».

Si l’on prend aussi en compte la dynamique d’autres initiatives radicales, on arrive à une constatation intéressante, il s’agit des armes de « plus grand calibre » que celles qui étaient à notre disposition quand nous avions commencé l’entreprise de SYRIZA, dans les conditions « lointaines » de 2003 et de 2004.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 20:01

http://www.ufal.org/actions-ufal/reponse-aux-diffamations-de-jean-marie-bonnemayre-cnafal-dans-les-medias-de-la-libre-pensee-fnlp

Réponse aux diffamations de Jean-Marie Bonnemayre, président du Conseil National des Associations FAmiliales Laïques (CNAFAL) dans les médias de la Fédération Nationale de la Libre Pensée (FNLP)

La FNLP a diffusé Mercredi 16 Décembre 2015 par voie de communiqué une interview de Jean-Marie Bonnemayre qui a soutenu le meeting qu’elle organisait Samedi 5 Décembre 2015 à Paris.

Jean-Marie Bonnemayre, lourdement sollicité, en a profité pour se livrer à une pratique, certes habituelle chez lui, mais particulièrement détestable par les temps que nous vivons, diffamer une autre organisation laïque, l'Union des FAmilles Laïques (UFAL).

Le prétexte est que l'UFAL n’a pas participé à l’initiative de la FNLP. Or ce fut le cas de nombreuses autres associations laïques, comme par exemple le Conseil National d'Action Laïque (CNAL), la Fédération Nationale des Directions Départementales de l'Education Nationale (FNDDEN) ou la Fédération des Conseils des Parents d'Elèves (FCPE), ainsi que des obédiences maçonniques. Notre attitude a été argumentée, sans la moindre critique de l’initiative, car l’UFAL considère que c’est moins que jamais le moment de diviser les laïcs.

Passons sur les moqueries de Jean-Marie Bonnemayre à propos de la faiblesse relative des effectifs de l’UFAL.

Nous n’avons pas la prétention de rivaliser avec le CNAFAL, dont beaucoup de familles sont membres sans le savoir, simplement parce qu’elles ont adhéré à une association de parents d’élèves qui pratique la double appartenance, chacun ses méthodes.

Mais voici le pire, selon le président du CNAFAL, l’UFAL aurait « engendré le groupuscule fascisant Riposte Laïque ». Propos aussi infects que contraires à la vérité, car Riposte Laïque a été créée justement par des individus que l’UFAL avait exclus de ses rangs en raison de leurs prises de positions incompatibles avec ses valeurs. Pour nous, la défense et la promotion de la laïcité républicaine ne doit jamais servir d’alibi pour exclure et diviser, nous luttons contre tous les cléricalismes et tous les intégrismes. Dès sa création, Riposte Laïque a donc pris pour cible l’UFAL, qui dénonçait la dérive « maurassienne » de ses fondateurs. Le CNAFAL peut-il en dire autant, alors que son président, Jean Marie Bonnemayre, a été interviewé par Pierre Cassen lui-même, le fondateur de Riposte Laïque ?

Ont également contribué à Riposte Laïque, le secrétaire général du CNAFAL, Jean-François Chalot, pour soixante dix articles, et l’actuel président du Conseil Départemental des Associations FAmiliales Laïques (CDAFAL) du Val de Marne, Guylain Chevrier, pour cent vingt et un articles. Certes, tous ont pris depuis leurs distances, un peu tard sans doute, tant les liens de Riposte Laïque avec l’extrême droite étaient devenus rapidement évidents.

Quant à l’accusation faite à l’UFAL d’appuyer « la création d’associations familiales musulmanes qu’on a vu surgir à l’occasion de la manifestation pour tous », elle relève du pur délire, alors que l’UFAL combat au contraire l’alliance du cléricalisme musulman, comme par exemple Farida Belghoul, et des extrémistes catholiques contre l’égalité entre les filles et les garçons à l’école.

Pourquoi tant de haine, et de propos diffamatoires, peut-être parce que l’UFAL bénéficie dans le mouvement familial d’une crédibilité bien supérieure au CNAFAL du fait de la pertinence de ses actions, de ses positions et de ses analyses, malgré des effectifs moindres. Surtout parce que l’UFAL a été fondée, en rupture avec le CNAFAL, pour préserver l’indépendance du mouvement familial laïc et refuser la mainmise du parti politique actuellement au pouvoir.

Alors que la situation et le bon sens exigent l’unité des laïcs et des républicains, des calomnies d’une telle violence et d’une telle mauvaise foi sont criminelles. Le CNAFAL reste à nos yeux un mouvement respectable, nous souhaitons qu’il se ressaisisse et s’émancipe des passions de quelques égos contestés qui ne peuvent que le décrédibiliser.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 19:39

La Turquie dit avoir tué soixante neuf séparatistes kurdes en quatre jours (Reuters)

Soixante-neuf séparatistes kurdes et deux militaires turcs ont été tués en quatre jours de combats dans le sud-est de la Turquie, a annoncé l'armée, dans le cadre d'une offensive lancée par le gouvernement turc contre le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans cette région à dominante kurde.

Les opérations de l'armée se concentrent sur Cizre et Silopi, deux localités sous couvre-feu situées près des frontières syriennes et irakiennes.

Selon la presse turque, dix mille policiers et militaires, appuyés par des chars, prennent part à l'offensive.

Par ailleurs, l'armée turque a indiqué que des avions de guerre avaient décollé Vendredi 18 Décembre 2015 de leur base de Diyarbakir pour aller bombarder des camps du PKK dans le nord de l'Irak.

Sur les deux militaires turcs tués, l'un l'a été Samedi 19 Décembre 2015 lors d'affrontements dans le secteur de Sur, qui est sous couvre-feu de la police depuis quinze jours. Sur est située dans la province de Diyarbakir. Un autre soldat été légèrement blessé.

L'autre militaire tué est un des deux soldats blessés Vendredi 18 Décembre 2015 à Cizre et qui a succombé à ses blessures, a annoncé l'armée.

Le cessez-le-feu, qui était observé depuis deux ans par l’état turc et le PKK, a volé en éclats en juillet 2015.

Le chef des forces armées, le général Hulusi Akar, a rendu une visite à ses troupes Samedi 19 Décembre 2015 dans la région et a été informé de l'avancée de l'opération.

Traditionnellement implanté en zone rurale, le PKK s'est réorienté ces dernières années vers les villes du sud est turc, avec des barricades et des tranchées pour maintenir à distance les forces de sécurité.

Jeudi 17 Décembre 2015, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les séparatistes seraient « anéantis » et que les opérations se poursuivraient « jusqu'à ce tout soit complètement nettoyé ».

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 16:10

http://www.regards.fr/web/article/defaite-de-bartolone-la-faute-a

Défaite de Claude Bartolone, la faute à Clémentine Autain

Par Roger Martelli

Lundi 14 Décembre 2015

Les socialistes ont trouvé ce qui a provoqué l’échec de Claude Bartolone. Ce n'est pas la politique gouvernementale. Ce ne sont pas les choix sociaux-libéraux du Parti Socialiste. La responsable, c’est Clémentine Autain. Parce qu’elle se serait alliée avec Tariq Ramadan.

De quoi s’agit-il ? Vendredi 11 Décembre 2015 se tenait à Saint-Denis un meeting « pour une politique de paix, de justice et de dignité ». Qui appelait ? Le collectif contre l’islamophobie, qui avait invité plusieurs associations, dont la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) et le Syndicat de la Magistrature, ainsi que le Monde Diplomatique. À ce meeting, il se trouve que participait le très controversé Tariq Ramadan. Clémentine Autain n’était pas à ce meeting et le mouvement Ensemble, dont elle est la porte-parole, ne faisait pas partie des appelants. Mais cette organisation composante du Front De Gauche (FDG) avait décidé de relayer sur son site l’annonce de la rencontre.

À partir de là, c’est le déchaînement. Le Figaro a lancé la ronde aussitôt, suivi de près par Causeur. Caroline Fourest, comme on pouvait s’y attendre, y est allé de son couplet virulent habituel. Julien Dray a enchaîné sur son tweet, on ne peut pas « mesurer l’effet Clémentine Autain, mais il y en a eu un ». Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, a vitupéré « l’offensive anti républicaine menée par Tariq Ramadan avec le concours ou la bienveillance de certaines organisations d’extrême gauche ». Frédéric Haziza, écoutant les débats post-électoraux du Dimanche 13 Décembre 2015, a eu une révélation, en entendant parler Clémentine Autain, dit-il, « j’ai reconnu le parler, la rhétorique et aussi les critiques de son ami Tariq Ramadan ».

Intelligence avec l’ennemi

Restons-en là. Clémentine Autain n’est pas là, n’appelle pas, mais elle est coupable d’intelligence avec l’ennemi.

Nous sommes en état de guerre et, en guerre, il n’y a que trois postures possibles, on est du côté des patriotes, du côté de l’ennemi ou on appartient à la « cinquième colonne », les héros, les traîtres et les « idiots utiles ».

Claude Bartolone a pourri sa dernière semaine de campagne avec la polémique sur la « race blanche ». Jusqu’au jour du vote, la presse, pour l’essentiel, n’a pas parlé du meeting de Saint-Denis ou de Clémentine Autain, mais des « dérapages » du candidat socialiste. Au lieu de mobiliser la gauche, il a ainsi contribué à tirer vers le vote pour Valérie Pécresse, cas unique sur tout le territoire métropolitain, les quelques pourcentages d’électeurs du Front National qui ont assuré la victoire de la droite. Et malgré cela, l’opprobre de l’échec ne se porte pas sur lui, mais sur l’une de ses colistières.

Or il y a une logique dans l’attitude des amis de Claude Bartolone. Comme des millions de téléspectateurs, j’ai écouté Dimanche 13 Décembre 2015 l’intervention du premier ministre, avec stupéfaction. Manuel Valls nous a bien sûr joué le grand air républicain. Sauf que ses premières considérations n’ont pas porté sur la « sociale » ou sur les droits, mais sur la sécurité et l’amour du drapeau. Notre société crève de déficit d’égalité, de citoyenneté et de solidarité.

Mais le premier ministre a fait sur le registre de l’ordre et de l’autorité. Comme s’il ne s’adressait pas à la gauche, mais à la droite, et pas à la plus mesurée. Disons-le d’une autre manière, au soir du second tour, le cœur du pouvoir a choisi le répertoire de l’identité et de l’état de guerre.

Or c’est ce répertoire qui, depuis des années, fait les beaux jours de l’extrême droite européenne.

Une gauche battue

Ne nous y trompons donc pas. Derrière le flot de vitupérations contre Clémentine Autain, au-delà de la piteuse tentative pour dédouaner les responsables de la débâcle, il y a le choix d’une stratégie, décidée dès la fin de l'année 2012 et confirmée depuis. Le modèle social-libéral, c’est en France comme ailleurs le mariage de la compétitivité concurrentielle assumée, de la gouvernance technocratique institutionnalisée, de la mise au travail par le précariat et de l’ordre sécuritaire. François Hollande chef de guerre, Manuel Valls garant de la sécurité, les images ne sont pas choisies au hasard. Elles sont à terme catastrophiques.

Je suis désolé de le dire mais, quoi que l’on puisse penser de Tariq Ramadan, c’est le choix de la logique gouvernementale qui met la gauche au tapis. Si quelque chose fait le lit du Front National, c’est bien cette politique.

Oui, seule une gauche rassemblée peut battre la droite. Mais une gauche qui tourne le dos à ses valeurs fondatrices d'égalité, de citoyenneté et de solidarité, ne peut pas se rassembler, elle ne peut pas unifier un peuple écartelé, elle ne peut pas contenir le ressentiment qui nourrit l’abstention et le vote pour le Front National. La gauche telle qu’en rêve le pouvoir en place est donc une gauche battue. Tout le reste est littérature.

Repost 0
Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens