Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 20:43

 

Pas de trêve à Alep sans évacuation des rebelles, dit Damas (Reuters)

 

Le gouvernement syrien n'acceptera aucune offre de cessez-le-feu à Alep-Est tant que les mouvements qu'il considère comme des organisations terroristes n'auront pas évacué le secteur, a fait savoir Mardi 6 Décembre 2016 le ministère des affaires étrangères du gouvernement syrien.

Des diplomates russes et américains devaient se rencontrer Mardi 6 Décembre ou Mercredi 7 Décembre 2016 à Genève pour évoquer une proposition de Moscou en ce sens, selon Sergueï Lavrov, ministre russe des affaires étrangères, mais la réunion n'aura finalement pas lieu, a-t-on appris dans la soirée de sources proches des discussions.

« Les négociations n'auront pas lieu ici, mais nous ne savons pas qui les a annulées », a-t-on déclaré, ajoutant qu'elles pourraient se dérouler ailleurs et plus tard dans la semaine.

Les forces gouvernementales, appuyées par l'aviation russe et des milices chiites libanaises, iraniennes et irakiennes, semblent sur le point de s'emparer de l'ensemble des quartiers orientaux de la ville, où se trouvent encore deux cent mille personnes, selon l’Organisation des Nations Unies (ONU). Selon les forces russes, l'armée s'est emparée de trente cinq quartiers depuis le début de sa progression.

D'après les médias officiels et l'Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), proche de l'opposition, les forces de Bachar al Assad ont repris Mardi 6 Décembre 2016 plusieurs quartiers proches de la vieille ville, notamment celui d’al Chaar et celui de Karm al Katerdji, ce qui devrait leur permettre d'isoler une nouvelle partie de la cité.

Cette avancée ne dissuade pas les rebelles de tenter des contre-attaques.

Des combats se sont ainsi déroulés dans un rayon d'un kilomètre autour de la citadelle d'Alep et autour de la vieille ville.

La Russie et la Chine ont opposé Lundi 5 Décembre 2016 leur veto à un projet de résolution du conseil de sécurité de l’ONU exigeant une trêve de sept jours à Alep et l'arrêt des combats dans l'ensemble de la Syrie.

Moscou a fait valoir qu'une cessation des hostilités permettrait aux rebelles de se regrouper alors que l’ONU parle de « situation désastreuse dans l'est d'Alep ».

L'armée syrienne a indiqué qu'elle entendait terminer la reconquête d'Alep avant l'arrivée du nouveau président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 20 janvier 2017.

Impuissants, les pays occidentaux tenteraient désormais de convaincre les rebelles de quitter la ville pour éviter un bain de sang encore plus grand lorsque les forces gouvernementales attaqueront les zones les plus densément peuplées.

Pour l'heure, les rebelles n'ont donné aucune indication en ce sens et se disent déterminés à se battre jusqu'au bout.

« Les américains nous ont demandé si nous voulions partir ou rester. Nous leur avons dit que c'est notre ville et que nous la défendrons », a déclaré mardi à Reuters Zakaria Malahifdji, un responsable du groupe Fastakim, membre de l'Armée Syrienne Libre (ASL) basée en Turquie.

Un représentant de l'opposition syrienne a néanmoins reconnu en privé que les insurgés n'auraient peut-être pas d'autre choix que celui de partir pour éviter un massacre de la population civile, déjà bombardée quotidiennement et affamée par le siège d'Alep-Est.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a une nouvelle fois dénoncé Mardi 6 Décembre 2016 la « logique de guerre totale » du régime de Damas et de son allié russe pour reconquérir la totalité de la Syrie utile.

« Ce n'est pas parce qu'Alep va tomber peut-être dans quelques semaines que la question de la paix sera réglée », a souligné Jean-Marc Ayrault.

« La menace de radicalisation, la menace de conflit et la menace terroriste demeurera dans cette région et donc la voie militaire mène à un chaos durable dans cette région », a-t-il poursuivi, mettant en garde contre l'émergence d’un « Daechstan » dans le reste du pays.

 

Published by FISCHER
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 20:27

 

http://www.liberation.fr/planete/2016/12/05/election-americaine-jill-stein-bataille-pour-le-recompte-des-voix_1533028

 

Jill Stein bataille pour le recomptage des voix

 

Par Estelle Pattée

 

La candidate écologiste, qui avait demandé un recomptage des suffrages dans trois états remportés de peu par le candidat républicain, a fait face à une fronde des partisans de Donald Trump.

Elle ne lâche rien. L'ancienne candidate du Parti Vert des Etats Unis, Jill Stein, est bien décidée à se battre pour « garantir l’intégrité du processus démocratique » de l’élection présidentielle, remportée le Mardi 8 Novembre 2016 par Donald Trump avec deux cent quatre vingt dix grands électeurs contre deux cent trente deux grands électeurs pour Hillary Clinton.

Estimant qu’il y avait des « preuves convaincantes d’anomalies », la candidate écologiste, qui avait obtenu un pour cent des suffrages, avait demandé à la fin du mois de novembre 2016 le recomptage des voix dans le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie. Ces trois « swing states », très disputés, avaient été remportés de peu par le candidat républicain.

Un recomptage des voix qui a aussitôt suscité une levée de boucliers du côté des partisans de Donald Trump. Alors que la procédure en Pennsylvanie était estimée par Jill Stein à cinq cent mille dollars, la cour de l'état de Pennsylvanie a demandé Samedi 3 Décembre 2016 une garantie d’un million de dollars à verser avant le Lundi 5 Décembre 2016 pour ouvrir la procédure. La veille, les représentants de Donald Trump avaient, quant à eux, demandé une caution de dix millions de dollars, selon des documents judiciaires. Une somme exorbitante qui a, dans un premier temps, pousser Jill Stein à abandonner l’idée d’un recomptage.

« Les gens qui demandaient ce recomptage sont des gens ordinaires, avec des moyens financiers normaux. Et ils ne peuvent pas se permettre de payer la somme d’un million de dollars requise par la cour », s’est indignée Jill Stein dans un courrier adressé Samedi 3 Décembre 2016 à la cour du commonwealth de l'état de Pennsylvanie.

« La demande scandaleuse du juge aux électeurs de l'état de Pennsylvanie de payer une telle somme exorbitante est un obstacle honteux et inacceptable à la participation démocratique », a-t-elle ajouté sur Twitter.

Mais il en faudra plus pour faire reculer Jill Stein qui a juré « de se battre bec et ongles afin de vérifier l’exactitude, l’honnêteté et les conditions de sécurité du comptage des votes ». La candidate écologiste a donc finalement décidé Dimanche 4 Décembre 2016 de faire appel au niveau fédéral. « Au cours des derniers jours, il est devenu clair que les obstacles pour vérifier le vote dans l'état de Pennsylvanie sont si nombreux et que le système judiciaire de l'état est si mal équipé pour répondre à ce problème que nous devons demander l’intervention de la cour fédérale », explique l’avocat Jonathan Abady dans un communiqué. « Les gens méritent des réponses », a ajouté Jill Stein dans un tweet.

Une manifestation et une conférence de presse se tiendront également Lundi 5 Décembre 2016 devant la Trump Tower, le quartier général de Donald Trump sur la cinquième avenue à New York. Le but est de dénoncer les obstacles dressés par les partisans du milliardaire pour un recomptage des voix.

Ce n’est pas qu’en Pennsylvanie que le recompte des voix suscite une grande opposition. Jeudi Premier Décembre 2016, des partisans et des avocats de Donald Trump ont engagé des actions judiciaires contre le recomptage des voix dans le Wisconsin. Une requête qui a été rejetée dès le lendemain par le tribunal fédéral de l'état. Le recomptage des voix, entamé Jeudi Premier Décembre 2016 par la commission électorale du Wisconsin devrait se terminer au plus tard le Mardi 13 Décembre 2016.

Le procureur général du Michigan, où le recomptage des voix devrait commencer Lundi 5 Décembre 2016, a quant à lui estimé qu’une requête similaire dans son état était injustifiée. De son côté, Donald Trump, qui qualifie la demande « d'escroquerie », accuse Jill Stein de « lever des fonds » pour son parti.

Lancée à la fin du mois de novembre 2016 sur internet, la campagne de fonds de Jill Stein a été un véritable succès. La cagnotte atteint désormais un peu plus de sept millions de dollars venant de cent cinquante mille donateurs différents. Soit le double de ce qu’elle avait récolté pour financer sa propre campagne. Jill Stein espère au total récolter neuf millions cinq cent mille dollars.

Le 26 novembre 2016, l’équipe d’Hillary Clinton, qui avait reconnu sa défaite, était sortie de son silence et avait annoncé participer au recomptage des voix. « Comme nous n’avons pas pu mettre en évidence des preuves suffisantes de hacking ou de tentatives de l’extérieur de manipuler les votes électroniques, nous n’avons nous-mêmes pas envisagé de saisir cette possibilité », a expliqué Marc Elias, l’avocat et conseiller dans l’équipe de campagne d'Hillary Clinton, dans une tribune publiée dans Medium.

« Mais maintenant qu’un recomptage est lancé en tout cas dans le Wisconsin, nous entendons y participer pour nous assurer que le processus soit mené d’une façon juste pour toutes les parties », a-t-il poursuivi. Une déclaration qui avait provoqué l’ire de Donald Trump. « Hillary Clinton a reconnu sa défaite lorsqu’elle m’a appelé juste avant mon discours de victoire et après l’annonce des résultats », a-t-il tweeté.

A moins d’un dysfonctionnement ou d’un piratage massif des machines de vote, le recomptage des voix ne devrait rien changer au résultat final, étant donné l’écart de voix important entre les deux candidats.

L’avance de Donald Trump sur sa rivale démocrate est de quelque vingt sept mille voix dans le Wisconsin, qui élit dix grands électeurs, de dix mille sept cent quatre voix dans le Michigan, qui élit seize grands électeurs, et plus de soixante sept mille voix en Pennsylvanie, qui élit vingt grands électeurs.

Jill Stein en a bien conscience. « Notre effort pour recompter les voix dans ces états n’est pas destiné à aider Hillary Clinton », explique-t-elle.

« Ces recomptages font partie d’un mouvement d’intégrité électorale pour tenter de mettre en lumière la faiblesse du système électoral américain ».

 

Published by FISCHER
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 19:58

 

Bernard Cazeneuve, premier ministre, et Bruno Le Roux, ministre de l’intérieur (Reuters)

 

Bernard Cazeneuve a été nommé Mardi 6 Décembre 2016 en remplacement de Manuel Valls à la tête du gouvernement français, dans lequel Bruno Le Roux est le nouveau ministre de l’intérieur au terme d'un remaniement a minima qui laisse inchangés les équilibres dans la majorité.

Cette nouvelle équipe sera chargée de gouverner jusqu'à l'élection présidentielle des mois d’avril et de mai 2017, à laquelle le président François Hollande a renoncé à se présenter.

Le remaniement survient cinq jours après l'annonce présidentielle qui a conduit Manuel Valls à se lancer Lundi 5 Décembre 2016 dans la course à l'Elysée, via l’élection primaire que la gauche organise au mois de janvier 2017.

Bernard Cazeneuve arrive à Matignon fort d'une réputation consolidée par sa gestion de la menace terroriste qui pèse sur la France, frappée depuis deux ans par des attentats, malgré les failles relevées par l'opposition de droite.

En déplacement en banlieue parisienne, François Hollande a dit lui avoir demandé de protéger le pays et de préparer l'avenir.

« La mission que j’ai confié au gouvernement, c’est d’aller jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour dans la préparation de l’avenir parce que c’est le devoir que l’on a vis-à-vis des générations futures », a-t-il déclaré.

La passation de pouvoirs à Matignon a eu lieu Mardi 6 Décembre 2016 dans l'après-midi, avant un conseil des ministres réunissant le nouveau gouvernement au grand complet, Mercredi 7 Décembre 2016.

« Je pars tranquille », a dit Manuel Valls après trente deux mois à la tête du gouvernement. « Je sais qu'il y a ici il y a un homme d’état ».

Intervenant à sa suite, Bernard Cazeneuve a placé au rang de ses priorités la lutte contre le terrorisme, la protection du modèle social et la préparation de l'avenir, guidé par la « seule boussole du sens de l’état ».

Malgré un temps d'action limité à cinq mois, Bernard Cazeneuve a dit son souci d'agir au plus tôt, car « en politique, chaque jour est utile et chaque jour compte ».

Nommé à sa place au ministère de l’intérieur, Bruno Le Roux était jusqu'ici le président du groupe du Parti Socialiste à l’Assemblée Nationale. Ce proche de François Hollande a dit à la presse ressentir « une grande responsabilité ».

L'ancien ministre François Rebsamen a fait savoir sur Twitter qu'il avait refusé le poste de ministre de l’intérieur pour se consacrer à la mairie de Dijon.

André Vallini a été nommé secrétaire d’état chargé des relations avec le parlement et Jean-Marie Le Guen a été nommé secrétaire d’état au développement et à la francophonie. Les deux hommes échangent ainsi leurs postes.

Député puis sénateur de l'Isère, André Vallini est considéré comme un hollandais historique, à la différence de Jean-Marie Le Guen, proche de Manuel Valls.

Le reste du gouvernement est inchangé par rapport au précédent. Les radicaux de gauche ne sont ainsi pas pénalisés par la candidature directe de la ministre du logement, Sylvia Pinel, au premier tour des élections présidentielles sans participer à l’élection primaire de la gauche.

« L'objectif était d'avoir un gouvernement immédiatement opérationnel avec des hommes et des femmes d'expérience », a-t-on expliqué dans l'entourage de François Hollande.

Les réactions à ce remaniement ont été, à droite, l'occasion de souligner ce que l'opposition considère comme l'échec de la politique menée sous le quinquennat de François Hollande.

« François Hollande abat les cartes qui lui restent et il ne lui reste dans son jeu somme toute plus grand-chose », a commenté Valérie Debord, porte-parole des Républicains, sur La Chaîne Info (LCI). « Ces cartes ne sont pas des as, ce sont au pire des valets ».

Pour l'ancien ministre des Républicains Eric Woerth, cette nomination d'un « gouvernement passerelle qui va fonctionner jusqu'à la prochaine élection » est un non événement.

Le député du Front National Gilbert Collard a décrit sur LCI un « sentiment de bric-à-brac ».

Bernard Cazeneuve « restera dans l’histoire comme Bernard Cazeneuve le bref, qui aura occupé le poste de premier ministre pendant quelques mois parce qu'il faut trouver quelqu'un pour colmater la brèche du vide institutionnel ».

Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise au premier tour des élections présidentielles, a lui aussi minimisé l'importance de ce remaniement.

« Sur le plan politique, c'est la continuité de toute façon de ce qui a été fait précédemment », a-t-il dit sur France Info.

 

Published by FISCHER
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 21:13

 

Donald Trump réaffirme son soutien au projet contesté d'oléoduc au Dakota (Reuters)

 

Donald Trump est toujours favorable à la construction d'un oléoduc au Dakota du Nord, a déclaré Lundi 5 Décembre 2016 le porte-parole du président élu après le refus de l'armée américaine de délivrer un permis pour un tronçon du projet controversé.

Le corps des ingénieurs de l'United States Army a expliqué Dimanche 4 Décembre 2016 qu'il ne pouvait pas approuver le tracé proposé pour le Dakota Access Pipeline, qui devait le faire passer sous le fleuve Missouri et à travers une réserve indienne, donnant raison à une tribu Sioux et aux écologistes qui le contestaient depuis des mois.

Le projet d'oléoduc, d'un coût estimé à trois milliards huit cent millions de dollars, a été lancé en 2014 par la société texane Energy Transfer Partners pour relier les champs pétrolifères du Dakota du Nord, près de la frontière canadienne, aux réservoirs de stockage de l'Illinois, à mille huit cent quatre vingt cinq kilomètres au sud-est.

Mais son tracé suscite depuis le début la controverse et l'administration de Barack Obama a retardé à deux reprises la délivrance d'un permis pour pouvoir consulter les tribus amérindiennes qui disent craindre une contamination de leurs sources d'eau potable et dénoncent la violation de terres sacrées.

L'armée leur a finalement donné gain de cause en jugeant indispensable d'étudier des tracés alternatifs à celui qui prévoyait de faire passer l'oléoduc sous le Lake Oahe, un vaste lac créé par un barrage sur le Missouri, sans toutefois préciser lesquels.

Energy Transfer Partners et sa partenaire Sunoco Logistics Partners ont dénoncé une décision politique et elles ont annoncé qu'elles ne modifieraient pas le tracé prévu. La section d’un kilomètre et six cent mètres de long sous le lac Oahe est la seule partie du pipeline qui n'a pas encore été construite.

Les partisans du projet comptent désormais sur Donald Trump pour faire pencher la balance de leur côté, comme il s'y est engagé à plusieurs reprises pendant la campagne électorale, promettant de lever toutes les contraintes qui pèsent sur le secteur de l'énergie.

« En ce qui concerne le Dakota Access Pipeline, nous soutenons sa construction, nous réexaminerons totalement la situation quand nous serons à la Maison Blanche et nous prendrons la décision appropriée à ce moment-là », a déclaré le porte-parole de Donald Trump, Jason Miller, pendant une conférence de presse de son équipe de transition.

 

Published by FISCHER
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 20:55

 

https://www.solidaires.org/Rencontre-avec-le-maire-d-ALEP-EST

 

Appel à une rencontre avec le maire d'Alep libre Brita Hagi Hassan

Mardi 6 Décembre 2016 de 18 heures 30 à 22 heures

Salle des expositions de la mairie du deuxième arrondissement de Paris

8 rue de la Banque 75 002 Paris Métro Bourse

 

Alep Est est assiégée, depuis sa libération en 2012, par la dictature de Bachar al-Assad et ses soutiens. Ses deux cent cinquante mille habitants subissent leur siège qui les affame, leurs bombardements, intensifiés depuis l’été 2016, qui ont détruit les hôpitaux et les infrastructures, qui tuent et blessent chaque jour des centaines de civils, dans l’objectif de soumettre la principale résistance démocratique populaire à la dictature en Syrie.

Brita Hagi Hassan, président du Conseil Local de la Ville d’Alep (CLVA) élu par soixante trois quartiers au mois de décembre 2015 de la partie Est d’Alep libérée en 2012, aujourd’hui menacée d’un massacre de masse, est à Paris du Jeudi Premier Décembre au Mardi 6 Décembre 2016, à l’invitation du collectif des amis d'Alep de Lyon. Le CLVA, de même que le conseil du gouvernorat d’Alep dont il fait partie, ont été créés en 2013 pour continuer d’assurer les services publics désertés par le régime lors de la libération d’Alep et de son gouvernorat au mois de juillet 2012.

Brita Hagi Hassan est donc responsable, avec les membres du CLVA, de la coordination des services à Alep Est, secours aux blessés, soins et approvisionnement et transport des deux cent cinquante mille habitants, réparation des infrastructures d’eau et d’électricité, scolarisation des enfants et vie culturelle, et de la gestion, avec les syndicats, les associations et indépendants membres du CLVA de la vie démocratique de la cité.

Il représente aussi sa ville dans les instances de la révolution et il est, de ce fait, un des porte parole de la résistance civile en Syrie.

Aujourd’hui le régime a reconquis le quartier de Massaken Hanan, qui divise la zone libérée en deux. Ses bombardements contre Alep Est, bâtiment par bâtiment, dont certains avec des attaques chimiques au chlore, ont provoqué la mort de deux cent vingt cinq personnes depuis le 15 novembre 2016. Du Vendredi 25 Novembre au Lundi 28 Novembre 2016, dix mille habitants ont fui la zone libérée, dont six mille habitants vers le quartier de Cheikh Maksoud, contrôlé par le parti de l'union démocratique (PYD) du Kurdistan de Syrie.

Pour éviter un massacre et des arrestations massives aux habitants qui fuient Alep Est, le président du CLVA, Brita Hagi Hassan, appelle toutes les instances internationales et l’Union Européenne à imposer et sécuriser un couloir humanitaire permettant aux civils qui le souhaitent, de sortir d'Alep Est bombardée et investie par l’armée du régime syrien et ses alliés, sans risquer d’être massacrés ou arrêtés massivement par ces derniers.

Pour mieux comprendre la situation à Alep Est et en Syrie, l’organisation des zones libérées démocratiques, obtenir des informations, débattre ou affirmer votre solidarité, venez écouter Brita Hagi Hassan maire d'Alep Est et discuter avec lui le Mardi 6 Décembre 2016 à partir de 18 heures 30, à la salle des expositions de la mairie du deuxième arrondissement de Paris, 8 rue de la Banque 75002 Paris Métro Bourse

 

Published by FISCHER
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 20:30

 

Matteo Renzi invité à rester en fonction jusqu'à l'adoption du budget (Reuters)

 

Au lendemain de sa défaite au référendum, le président du conseil italien Matteo Renzi a été reçu Lundi 5 Décembre 2016 au palais du Quirinal par le chef de l’état, Sergio Mattarella, qui lui a demandé d'attendre, pour démissionner, que le budget 2017 ait été adopté par le parlement, ce qui pourrait intervenir dès Vendredi 9 Décembre 2016.

A l'issue de l'entretien, la présidence a indiqué dans un communiqué que le chef du gouvernement avait déclaré au chef de l’état qu'il ne pouvait plus rester en fonctions.

Le président lui a demandé de ne pas démissionner tant que le budget 2017 n'aurait pas été adopté, pour éviter que des mesures palliatives exceptionnelles n'entrent en vigueur au premier janvier 2017 en matière de finances publiques. Dès que le budget aura été entériné, Matteo Renzi sera libre de quitter ses fonctions, lit-on dans le communiqué du Quirinal.

Sitôt connue l'ampleur de sa défaite au référendum sur son projet de réforme de la constitution, le chef du gouvernement avait fait part Dimanche 4 Décembre 2016 de son intention de démissionner, conformément à ce qu'il avait laissé entendre durant la campagne en cas de défaite.

Matteo Renzi n'a recueilli qu'à peine plus de quarante pour cent des voix en faveur de sa proposition de réduction des pouvoirs du sénat et des régions, un résultat encore pire que celui prédit par les instituts de sondage. Selon les résultats définitifs, le non l'emporte avec cinquante neuf pour cent des suffrages.

Contrairement à ce qui était redouté, les principales bourses européennes, y compris celle de Milan, ont bien résisté au choc de l'annonce de la démission du président du conseil italien.

Le prochain départ de Matteo Renzi pourrait ouvrir la voie à des élections législatives anticipées dès l'an prochain et à la possibilité d'une victoire du Mouvement Cinq Etoiles (MCE), hostile à la classe politique traditionnelle et à l'Union Européenne.

« L'expérience de mon gouvernement s'arrête ici », a dit Matteo Renzi dans une allocution télévisée après la publication des premières projections, qui ne laissaient guère de place au doute quant à l'issue du scrutin. « J'assume pleinement la responsabilité de cette défaite », a ajouté Matteo Renzi, âgé de quarante et un ans.

Le prochain président du conseil sera le quatrième de suite à accéder au pouvoir sans avoir remporté au préalable les élections législatives, ce qui illustre l'instabilité du système politique italien.

Matteo Renzi soutenait justement que son projet de réforme constitutionnelle visait à stabiliser les institutions, mais ses adversaires ont vu dans cette proposition une menace contre l'équilibre des pouvoirs mis en place au sortir de la seconde guerre mondiale et du fascisme.

Le futur chef de gouvernement, qui aura besoin du soutien du Parti Démocrate de Matteo Renzi pour obtenir la confiance du parlement, sera censé mettre au point un nouveau code électoral alors que le MCE se tient en embuscade.

La formation de Beppe Grillo souhaite que ce code soit mis au point le plus rapidement possible pour permettre la tenue d'élections dès le début de l’année 2017, soit avec un an d'avance sur la calendrier prévu.

Les sondages donnent le Parti Démocrate au coude-à-coude avec le MCE, qui milite pour un référendum sur l'appartenance de l'Italie à la zone euro.

Published by FISCHER
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 20:13

 

Manuel Valls l'ambitieux à la conquête de l'Elysée (Reuters)

 

Libéré par le renoncement de François Hollande, Manuel Valls s'est lancé dans la course à la présidence de la république, le rêve de cet ambitieux naturalisé français à vingt ans qui tentera d'unir un Parti Socialiste à la dérive autour de sa candidature.

« Je me prépare », avait déclaré à la fin du mois de novembre 2016 le locataire de Matignon depuis deux ans et demi, provoquant l'ire du camp hollandais qui y voyait une pression sur le chef de l’état, trois jours avant la décision du président.

Il a franchi le pas Lundi 5 Décembre 2016, dans son fief d'Evry, dans le département de l’Essonne.

« J'ai cette force en moi et cette volonté de servir mon pays, c'est au-delà des mots et c'est une conviction totale, je veux tout donner pour la France qui m'a tant donné », a-t-il dit.

S'il n'a jamais caché son ambition d'accéder un jour aux plus hautes fonctions, initialement programmée pour 2022, Manuel Valls, cinquante quatre ans, aura fort à faire pour rassembler une gauche en partie rétive à son égard.

L'aile gauche du Parti Socialiste ne pardonne pas à l'ancien ministre de l’intérieur d'avoir soutenu le projet de déchéance de nationalité pour les personnes coupables de terrorisme, qualifié d’erreur par François Hollande lui-même.

Les frondeurs socialistes se souviennent aussi de son passage en force, via le quarante-neuvième article de la constitution permettant d'adopter des textes sans vote, sur deux projets relatifs à la relance de l'économie et au code du travail.

Les positions du premier ministre sur la république et le rôle de l'islam en France, qui ont notamment alimenté le débat de l'été dernier sur le port du burkini, maillot de bain porté par des femmes musulmanes, sont aussi clivantes.

S'il ne fait pas l'unanimité, « l'homme aux cinq pour cent » des voix recueillies à l’élection primaire du Parti Socialiste en 2011 peut compter sur des sondages de popularité encourageants.

Près de la moitié des sympathisants de gauche, quarante cinq pour cent, interrogés après le renoncement de François Hollande disent souhaiter qu'il soit le candidat du Parti Socialiste au premier tour des élections présidentielles de 2017, selon un sondage de l’Institut Français d’Opinion Publique (IFOP) pour le Journal Du Dimanche (JDD).

Ils n'étaient que trente huit pour cent à le désigner parmi une liste de candidats avant l'annonce du président de la république, Jeudi Premier Décembre 2016.

La progression du premier ministre se retrouve de la même manière chez les sympathisants du Parti Socialiste, qui disent à soixante et un pour cent souhaiter qu'il soit le candidat désigné du Parti Socialiste après l'annonce du président, contre cinquante quatre pour cent auparavant.

C'est à Evry, ville populaire de la région parisienne, que Manuel Valls a entamé son ascension politique bâtie sur une réputation d'homme à poigne du Parti Socialiste, ébauchée à la fin des années 1990, peaufinée au ministère de l’intérieur, entre 2012 et 2014, puis à Matignon, où il entre au mois d’avril 2014.

Classé à l'aile droite du Parti Socialiste, cet ambitieux à la gestuelle énergique qui pratique la boxe, a été longtemps le ministre le plus populaire du gouvernement en s'affichant sans complexe comme le « premier flic de France ».

Avant d'accéder au ministère de l’intérieur, ce catalan au verbe tranchant tenait l'essentiel de son expérience de ses quatre ans au cabinet de Lionel Jospin en tant que conseiller pour la communication et de ses mandats de maire d'Evry depuis 2001 et de député de l'Essonne depuis 2002.

Né en 1962 à Barcelone d'un père espagnol et d'une mère à la double nationalité espagnole et suisse, ce diplômé d'histoire, grand admirateur de Georges Clémenceau, est l'un des rares hommes politiques français à avoir acquis la nationalité par naturalisation, à l'âge de vingt ans.

« J'ai passé un entretien au commissariat du quatrième arrondissement de Paris et j’ai dû répondre à des questions sur mes parents et sur ma vie personnelle », raconte-t-il au mois de mars 2015 au Parisien Magazine.

« C'est à ce moment-là, sans doute, que la question de la nationalité française s'est imposée à moi ».

Entré à dix sept ans au Parti Socialiste, Manuel Valls rallie d'abord Michel Rocard et sa deuxième gauche, avant de devenir jospiniste puis, sur le tard, défenseur de François Hollande qu'il rallie dès le soir du premier tour de l’élection primaire de 2011.

Son discours décomplexé et ses positions dérangeantes au yeux du Parti Socialiste lui ont valu des inimitiés tenaces, de la maire de Lille Martine Aubry à celle de Paris Anne Hidalgo en passant par l’ancienne ministre de la justice, Christiane Taubira.

Son arrivée au gouvernement provoque le départ des ministres écologistes, dont Cécile Duflot, en désaccord avec ses positions sur le nucléaire ou l'immigration.

L'été suivant, au mois d’août 2014, le ministre de l’économie Arnaud Montebourg, le ministre de l’éducation nationale Benoît Hamon et la ministre de la culture Aurélie Filippetti, quittent son gouvernement après avoir trop ouvertement critiqué sa politique économique.

Considéré avec méfiance par les hollandais qui n'ont pas toujours cru à sa loyauté affichée envers le président, Manuel Valls peut compter sur l'appui d'amis de longue date comme le sénateur Luc Carvounas, le député Carlos da Silva, les ministres Jean-Marie le Guen et Jean-Jacques Urvoas ou encore Harold Hauzy et Christian Gravel, qui ont travaillé à ses côtés à Matignon.

Père de quatre enfants, Manuel Valls s'est remarié en 2010 avec la violoniste Anne Gravoin.

 

Published by FISCHER
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 19:22

 

http://www.latimes.com/opinion/editorials/la-ed-trump-immigration-daca-20161115-story.html

 

Donald Trump a gagné les élections sur la rhétorique contre les migrants, mais il devrait néanmoins appliquer le Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA)

 

Samedi 19 Novembre 2016

 

Même avant le jour de l'élection, Donald Trump s'éloignait déjà de son absurde engagement de campagne pour déporter plus de onze millions de personnes vivant aux États-Unis sans statut légal.

Maintenant, il dit à la nation qu’il va se concentrer d'abord sur l'élimination de plus de trois millions de « personnes qui sont criminelles ou qui ont des casiers judiciaires » tout en sécurisant la frontière mexicaine avec un mur qui pourrait également inclure des sections de clôture. Il a également adouci sa rhétorique en admettant que certains non-criminels vivant illégalement aux États-Unis sans autorisation sont des « gens formidables » qui pourraient être autorisés à revenir.

Mais jusqu'à présent il n'y a pas de plan. En particulier pour les soit disant rêveurs, les personnes arrivées aux États-Unis comme mineurs et élevés dans ce pays depuis lors, mais qui n'ont pas la permission légale de vivre ici. Pour leur donner un peu de respiration, le président Barack Obama a créé unilatéralement le programme DACA en 2012 qui a accordé des autorisations temporaires de séjour à sept cent quarante deux mille personnes, environ un sur trois vivent en Californie, permettant à beaucoup d'entre eux de travailler ou autrement de sortir de la clandestinité. Barack Obama, il y a deux ans, a cherché à élargir le DACA et à créer le programme Deferred Action for Parents of Americans (DAPA) pour les résidents permanents réguliers, mais les tribunaux ont mis ces initiatives en suspens en réponse à un procès accusant l'administration de dépasser son autorité.

Donald Trump a gagné les élections sur la rhétorique contre les migrants qui a été entachée parfois d’accents de fanatisme. Sa promesse de campagne « expulsez les tous » était manifestement impraticable et, selon l’American Action Forum, il faudrait vingt ans pour la réaliser et elle coûterait jusqu'à six cent milliards de dollars. Il est difficile de comprendre comment ce genre de dommage infligé à une société construite sur l'immigration rendrait sa grandeur à l'Amérique.

Mais Donald Trump a également promis de mettre fin immédiatement aux programmes DACA et DAPA de Barack Obama, qui ont été violemment contestés par le parti républicain. En tant que président, Donald Trump pourrait facilement annuler les ordres administratifs signés par Barack Obama pour créer ces programmes. Il n'a pas encore envoyé de signaux post électoraux sur le sort de ces programmes, mais le sénateur Jeff Sessions, un des principaux sénateurs pour augmenter les expulsions, a été nommé à la tête du ministère de la justice.

Donald Trump ne devrait pas aller dans ce sens. Les rêveurs qui bénéficiaient de la DACA n'ont aucune responsabilité personnelle pour leur statut de sans-papiers, ils sont arrivés ici en raison des actions de leurs parents et pas en raison de leurs actions personnelles. Pour être admissibles au programme, ils doivent être nés après le 15 juin 1981, être arrivés aux Etats Unis avant leur seizième anniversaire et ne pas avoir abandonné l'école ou avoir commis des crimes graves. Ils ne peuvent pas non plus constituer un risque pour la sécurité nationale ou la sécurité publique.

Ceux qui ont déjà reçu le statut de DACA sont, dans l'ensemble, des membres contributeurs de la société, certains ont même servi dans l'armée. La majorité, s'ils étaient admissibles au statut légal, seraient tout simplement le genre d'immigrants que la nation devrait accueillir. Il serait injuste de les forcer à quitter leur pays de résidence et de les renvoyer dans des pays potentiellement dangereux où ils ne parlent peut-être même pas la langue, en raison des actions de leurs parents.

Le programme DACA n'est pas un programme d'amnistie, peu importe comment le candidat Donald Trump et ses partisans de droite ont cherché à le présenter.

Le programme DACA a été conçu comme un compromis raisonnable et humanitaire par l'administration de Barack Obama, tandis que le congrès a lutté pour adopter une réforme significative à long terme de l'immigration qui traiterait de leur statut de résidents. Le refus du congrès d’accepter un compromis était purement politique, les derniers congrès passeront dans l'histoire pour leur refus tenace de travailler avec la Maison-Blanche de Barack Obama sur certaines des questions d’actualité les plus urgentes, y compris la réforme de l'immigration.

Mais Donald Trump va bientôt occuper le bureau oval, les républicains contrôlent les deux chambres du congrès et la nation va pouvoir enfin obtenir de nouvelles lois sur l'immigration. De l’accès à la citoyenneté pour les personnes vivant illégalement dans le pays et d'autres réformes de bon sens, les législateurs pourraient passer à l’adoption de politiques d'immigration encore pire.

Pourtant, nous espérons que Donald Trump et le congrès reconnaîtront qu'une vaste campagne de déportation visant à déraciner des millions de personnes qui sont ici en moyenne depuis plus d'une décennie serait impraticable, injuste et dommageable. Un tel programme dévasterait les familles, affaiblirait les quartiers et déstabiliserait les marchés du travail dans l'agriculture, la construction et même les industries de cols blancs où les travailleurs de classe professionnelle sont au travail sans statut légal. Donald Trump pourrait commencer à diminuer les inquiétudes des communautés immigrées et embrasser la décence humaine fondamentale en préservant le programme DACA comme un pont vers une vraie et humaine réforme de l'immigration et en reconnaissant que retenir les jeunes élevés et éduqués ici serait bon pour le pays.

Published by FISCHER
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 18:20

 

Les rebelles syriens ont dit aux Etats Unis leur refus de quitter Alep (Reuters)

 

Les groupes rebelles syriens ont fait savoir aux Etats-Unis qu'ils ne quitteraient pas Alep et qu’ils n'acceptaient pas la demande de la Russie d'un retrait total des combattants de la partie est d'Alep assiégée, a annoncé Dimanche 4 Décembre 2016 un responsable des insurgés.

Contacté en Turquie, le chef du bureau politique du groupe Fastakim basé à Alep, Zakaria Malahifji, a déclaré que cette fin de non recevoir avait été transmise lors de contact avec les américains Samedi 3 Décembre 2016 après les déclarations de la Russie, allié clé du président syrien Bachar al Assad.

« Notre réponse aux américains a été la suivante, nous ne pouvons pas quitter notre ville et nos maisons pour les laisser aux milices mercenaires que le régime a mobilisées à Alep », a déclaré Zakaria Malahifdji.

La question posée par les responsables américains aux rebelles était en substance la question de savoir s’ils voulaient partir ou rester sur leurs positions, a précisé Zacaria Malahifdji.

« Ils ont écouté la réponse et n'ont pas fait de commentaires », a-t-il ajouté.

« Nous ne pouvons laisser nos maisons à des afghans et à des irakiens », a ajouté le dirigeant de Fastakim. « Les responsables américains étaient en contact avec moi et avec certains des chefs politiques et militaires à Alep. Nous nous sommes mis d'accord sur cette réponse », a-t-il précisé.

Zakaria Malahifdji avait déjà déclaré Samedi 3 Décembre 2016 que les groupes rebelles ne quitteraient pas Alep.

Samedi 3 Décembre 2016, le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie était prête à envoyer des experts militaires et des diplomates à Genève dans le but de se mettre d'accord avec les Etats-Unis pour organiser le retrait de « tous les rebelles sans exception » d'Alep-Est.

Les Etats-Unis n'ont pas encore rendue publique leur réaction à cet appel.

Les rebelles appellent les amis du peuple syrien à se tenir à leurs côtés et demandent que de la nourriture et du matériel médical soient livrés le plus rapidement possible dans la partie est d'Alep. Ils demandent aussi que les blessés soient évacués.

Soutenue par l'armée de l'air russe et des milices chiites venues d'Iran, d'Irak et du Liban, l'armée du président syrien Bachar al Assad a progressé vers Alep-Est ces derniers mois. La dernière phase de cette offensive a privé les rebelles de plus de la moitié du territoire qu'ils occupaient.

Dans ce cadre, Abou Abdelrahman Nour, un commandant rebelle qui avait été nommé la semaine dernière à la tête de l'Armée d'Alep, une nouvelle alliance militaire, a été gravement blessé, a déclaré Zakaria Malahifdji.

Un dirigeant rebelle du groupe d'Abou Abdelrahman Nour, Djabha Chamiya, a confirmé l'information et précisé que le commandant avait été blessé Samedi 3 Décembre 2016.

 

Published by FISCHER
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 18:03

 

Jill Stein renonce au recompte des voix en Pennsylvanie (Reuters)

 

Jill Stein, la candidate écologiste à l'élection présidentielle américaine, a renoncé Samedi 3 Décembre 2016 à réclamer un recomptage des voix en Pennsylvanie.

Cette décision a été prise en raison du montant d'un million de dollars, neuf cent trente sept mille euros, fixé par un juge pour procéder au recomptage des voix.

« Les pétitionnaires sont des citoyens ordinaires avec des moyens ordinaires. Ils ne peuvent se permettre de déposer la caution d’un million de dollars réclamée par le tribunal », écrit un avocat de la campagne lancée par Jill Stein dans des documents transmis à la justice, selon un porte-parole de ce mouvement.

Jill Stein a réagi sur Twitter en s'étonnant qu'il faille « franchir des obstacles administratifs et lever des millions de dollars pour pouvoir avoir confiance dans les résultats de nos élections ».

La candidate écologiste, qui a recueilli environ un pour cent des voix le Mardi 8 Novembre 2016, souhaite aussi faire procéder à un recomptage des voix dans le Michigan et dans le Wisconsin pour, dit-elle, garantir l'intégrité du résultat.

Le républicain Donald Trump a été déclaré vainqueur au nombre de grands électeurs, répartis entre les états, alors que son adversaire démocrate Hillary Clinton a recueilli au plan national plus de deux millions cinq cent mille suffrages de plus que lui, selon le décompte de Cook Political Report.

Pour que le résultat de l'élection présidentielle soit inversé, il faudrait que le recomptage dans les trois états visés par Jill Stein les fasse basculer du côté d'Hillary Clinton, ce qui paraît très peu probable.

 

Published by FISCHER
commenter cet article

Présentation

  • : fischer02003
  • fischer02003
  • : actualité politique nationale et internationale
  • Contact

Recherche

Pages

Liens